Courvoisier

Une Maison Historique

Le Cognac reconnu par les Empereurs

Courvoisier compte parmi les cognacs de légende. Les plans de la vénérable maison ont été esquissés en 1828 par deux amis unis via la passion de l’eau-de-vie. Au début du XIXe siècle, Jules Gallois et Félix Courvoisier décidèrent de délocaliser leurs chais au cœur de la Charente, dans la ville de Jarnac.

Courvoisier, un cognac historique. Offrez-vous un voyage dans le temps avec Courvoisier

De la grisaille parisienne à la douceur charentaise, la marque Courvoisier a été fondée en 1843 sur l’épicentre d’un terroir inimité. L’histoire ne s’est pas écrite sur une page blanche. La réputation de la maison grandit d’abord dans les cercles parisiens. On raconte même que Napoléon Bonaparte visita jadis les chais de Bercy. Il faut croire que la dégustation influença le cours de l’histoire de France : l’empereur décida de distribuer des rations de cognac à ses troupes, afin de tromper l’angoisse qui prépare la bataille. Quelques années plus tard, son neveu Napoléon III, ou Napoléon « le petit », cultiva les relations impériales entretenues avec la maison Courvoisier, laquelle fut chargée de fournir la Cour en eau-de-vie. Courvoisier est associé aux espoirs de progrès et de modernité qui illuminèrent la Belle Époque, s’affichant notamment comme la boisson phare de l’Exposition Universelle de 1889. Au sommet de la Tour Eiffel, on trinqua à la santé du siècle nouveau avec une bouteille de cognac Courvoisier, qui supplanta alors le champagne. L’image de la marque est associée aux lumières incandescentes du Paris d’avant-guerre. Courvoisier fut la source d’inspiration de l’âge d’or, une époque légère, bouillonnante et insouciante où l’espérance bientôt gâchée d’un monde meilleur et progressiste se nourrit des exhalaisons de cognac. Depuis le XIXe siècle, Courvoisier se situe entre tradition et modernisation, établissant sa réputation sur un principe de réinvention permanente.

Courvoisier écrit les lettres de noblesse du cognac. Courvoisier, c’est une tradition unique dans le monde des spiritueux

La méthode Courvoisier est unique dans le petit monde du cognac. Du soin des vignes jusqu’au vieillissement des distillats, l’entreprise surveille, développe et contrôle minutieusement chaque étape de fabrication. Le fait est assez singulier pour être mis en lumière. Il est extraordinaire qu’un fabricant contrôle complètement le processus d’élevage de son cognac. Le vieillissement se déroule dans des fûts de chêne français. Ceux-ci sont spécialement fabriqués par les artisans de la maison qui sélectionnent un bois très précieux de 200 ans d’âge. Pour son assemblage, Courvoisier convoque uniquement les quatre meilleurs cépages habituellement dédiés aux grands cognacs. Les raisins sont récoltés au début de l’automne ; on donne le temps aux fruits d’atteindre leur pleine maturité, avant de les cueillir au moment de leur apogée. La distillation s’opère en deux passages, conférant au cognac une profondeur rare et des reliefs variés. Pour ce faire, on emploie de petits alambics, une tradition séculaire en voie de disparition qui est non seulement conservée, mais aussi mise en valeur par Courvoisier, l’un des seuls producteurs à préférer les lies à la levure. Les lies sont les résidus naturels qui émargent du vin. Le distillat est ensuite fragmenté. Pour la finalisation du produit, on ne retient que le cœur de la composition, soit la partie la plus noble. Les méthodes employées pour la recette profitent du mariage entre le savoir-faire traditionnel et des techniques de production modernes. La mise sous bois est prévue pour une durée minimale de deux ans et demi, donnant à l’alcool un caractère complexe et distingué. Grâce aux tonneliers de la maison, l’empreinte boisée est parfaitement singulière, ciselée selon les mensurations spéciales de l’eau-de-vie. Les conditions d’élevage sont généralement décrites comme optimales et il est bien difficile de contredire cette assertion

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche